Mon dernier concert remonte au printemps, alors, depuis mes oreilles ne cessent de réclamer des concerts. L'ipod c'est bien, mais le vrai, le live, les baffles qui hurlent, c'est mille fois mieux.

Bien avant l'été, j'ai acheté des places pour aller applaudir la canadienne Feist à la Cigale. Les tickets ont même vécu le déménagement et vous savez quoi ? Ils ne se sont même pas perdus !

Feist, c'est ma madeleine d'amoureuse vu qu'elle a été le premier sujet de conversation entre mon homme et moi. Je me souviens d'une soirée. On se connaissait à peine. Je m'assois à côté de lui... On parle de musique, de Feist en particulier. A l'époque, elle n'était pas très connue... Je me dis qu'un mec qui écoute Feist, c'est un mec bien...

feist_coverAlors vu qu'on avait déjà loupé le concert de son premier album, on s'est dit que pour le deuxième, on y serait. Alors voilà, depuis le mois de juin, j'ai les places. Et j'ai été l'applaudir la semaine dernière. Plus précisément le 9 octobre.

Sauf que ce jour-là, je suis malade. Mais vaille que vaille, j'y vais. Bien couverte, j'affronte le bitume parisien et sa circulation automobile pour aller écouter la demoiselle.

19h30, on arrive à la Cigale. Les gens sont déjà rentrés depuis 1/4 d'heure. Chouette chouette chouette, on ne va pas faire la queue sous le crachat parisien. Fouille de sac, délestage des billets, et, me voilà partie à la recherche d'une place assise. Et ô miracle, mon homme amoureux en trouve 2 ! Le placement est moyen, mais bon, c'est un peu normal vu qu'on est rentré après tout le monde.

kevinLa première partie est énergique, un peu dingue aussi : Kevin Drew. La pause avant le concert est désespérement longue... Je me souviens que je déteste venir aux premières parties à cause de ça. Ce moment à attendre l'arrivée de Feist est long, si long...

feist_2Mais finalement elle arrive. When I was a young girl sera sa première chanson... Le son est parfait, sa voix magique, mais j'ai chaud... Mon pull est de trop. Sauf que j'ai rien en dessous...

La demoiselle a alterné des chansons très calmes, proche de la veillée, et des morceaux sur lesquels mon corps ne demandait qu'à bouger : Gatekeeper, Inside out, Mushaboom... Sauf que les berceuses ont eu l'effet escomptées : je m'endors presque. La faute aux médocs ?

feist_3La scène est jolie avec ses lampions et ses guirlandes lumineuses, mais c'est vraiment pénible ce poteau en face de moi... Et puis cette fièvre qui ne me laisse pas en paix... Plus moyen d'apprécier le concert.

Mon homme amoureux décide qu'il faut m'évacuer avant le rappel. Je rassure tout le monde, hein ! Y'a pas eu de pompiers, ni de muscle-man pour me porter. J'ai quand même pu marcher...

Résultat des courses : un concert sympa mais copieusement gâché par mon maudit virus qui sévit encore dans mon corps... J'en veux un peu à Feist d'avoir réussi à me bercer de sa voix si mélodieuse...