Ayé, j'ai fait mon dernier concert de l'année. Et maintenant je vais devoir patienter jusqu'à l'année prochaine pour applaudir un artiste sur scène. D'ailleurs, je ne sais pas encore quel chanteur aura le privilège d'entendre mes "waouuuu, c'est chouette", mes "clap clap clap", mes "hiiiiiiiiiiiiihiiiiii"...

Enfin, bon, les heureux élus de la semaine dernière étaient les Wriggles. Késako ? Une bande de joyeux lurons vêtus de rouge de la tête aux pieds, en passant par le pif (comprenne qui pourra...). Des voix sympatoches, une guitare comme  unique instrument, une mise en scène simple et efficace, et un public composé de jeunes et de moins jeunes. Un truc bon enfant, quoi !

  photo2 photo3 photo4

C'est le seul concert de l'année où j'ai compris toutes les paroles. Et oui, même Vanessa Paradis a baragouiné dans sa barbe... Les mots subtilement choisis des Wriggles ont donc raisonné dans mes oreilles. En même temps, c'est normal d'avoir bien entendu les paroles, vu qu'il n'y avait qu'une seule guitare : la musique ne boumboumait donc pas à donf dans les enceintes géantes.

Pour ceux qui se posent la question, oui oui oui, j'ai inventé un mot : "boumboumait". Du verbe "boumboumer", qui signifie "faire boum boum". Voilà voilà, fin de la digression consacrée à la langue française...

Pour en revenir à notre trio rouge, ce concert à la Mutualité était chouette comme tout. Je vous les recommande. Mon pif me dit qu'il n'ont pas fini de faire parler d'eux...